Cliquez sur l'image pour commander l'ouvrage

vendredi 4 avril 2014

STEVE BISSONNETTE CONFÉRENCIER DE CLÔTURE AU GRAND RASSEMBLEMENT DE L’ÉDUCATION EN FRANÇAIS (GREF) 2014

Publié le 

 
Steve Bissonnette, professeur à l’Unité d’enseignement et de recherche Éducation, poursuit une fois de plus ses activités professionnelles à l’extérieur de nos murs.
En effet, celui qui est également chercheur associé au Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante (CRIFPE) aura le privilège de prononcer la conférence de clôture du 3e Grand rassemblement de l’éducation en français (GREF), qui se déroulera à Ottawa du 10 au 12 avril prochain.
Sa conférence aura pour titre « L’éducation en langue française, point d’appui de la francophonie dans une société à l’ère du 
savoir ».

Aux dires du professeur Bissonnette, l’éducation en langue française doit s’adapter continuellement aux nouvelles réalités dynamiques, en évolution, qui caractérisent la société canadienne, voire celles de tous les continents du monde, à l’ère du savoir.
L’accessibilité sans limites à l’information, la communication instantanée et les outils technologiques émergents ont précipité la mondialisation de toutes les sphères d’activités humaines. Du même coup, ces instruments de communication et d’accès au savoir ont secoué les règles du jeu régissant les systèmes d’éducation partout dans le monde.
La multiplication des sources du savoir remet en question la notion d’enseignement/d’apprentissage et, par conséquent, le rôle du personnel scolaire et administratif du système d’éducation de langue française.
Pour leur part, les progrès technologiques qui éliminent les obstacles liés au temps et à l’espace risquent de rendre désuets, d’ici peu, plusieurs pratiques pédagogiques ainsi que certains encadrements juridiques qui régissent présentement l’organisation et le fonctionnement de nos institutions scolaires.
De plus, les jeunes qui sont nés et qui évoluent dans ce monde nouveau affichent des valeurs très différentes de celles des dernières cohortes. Leurs attentes et leurs besoins, touchant l’éducation et la formation qu’ils recherchent, sont donc d’un nouvel ordre.
Le monde de l’éducation doit donc se poser les questions ci-dessous s’il veut répondre aux attentes et aux besoins des élèves.
  • Quelles sont les nouvelles attentes à l’égard d’un système d’éducation dans une société du savoir?
  • En vertu de quoi prépare-t-on les jeunes qui naviguent dans un monde « VICA » (caractérisé par la volatilité, l’incertitude, la complexité et l’ambigüité)?
  • De quels prototypes peut-on se servir pour conceptualiser un système d’éducation performant dans notre société à l’ère du savoir?
  • Quelles nouvelles compétences doit-on développer chez l’élève si l’on veut optimiser sa réussite et accroître son potentiel, qui contribueront à l’amélioration de la qualité de vie de ses concitoyens?
  • Comment l’éducation en langue française peut-elle affronter les défis de la mondialisation des savoirs tout en s’acquittant de son mandat éducatif, culturel et communautaire.
  • Quelles mesures et stratégies pouvons-nous mettre en place pour faciliter – surtout accélérer – l’exécution des changements qui s’imposent dans la modernisation de nos systèmes d’éducation?
Il s’agit d’un événement qui rassemble tous les deux ans de 400 à 700 intervenantes et intervenants en éducation venant de toutes les provinces et de tous les territoires du Canada.
Service des communications et affaires publiques