Cliquez sur l'image pour commander l'ouvrage

dimanche 29 décembre 2013

Les apports de John Hattie en enseignement

Vu ici sur  texte de Françoise Appy


Pour tous ceux qui s’intéressent à l’enseignement explicite, ou à l’enseignement basé sur les données probantes (EBP), on ne présente plus John Hattie. Pour les autres, ils pourront se référer à cette présentation  et comprendront vite toute l’importance de ce chercheur sur la question des données probantes en enseignement.

Son ouvrage, Visible Learning, fruit de ses travaux sur une quinzaine d’années, présente une synthèse de méta-analyses : 50 000 études et des millions d’élèves concernés. L’ouvrage n’a pas pour  but de noyer le lecteur sous un flot de données incompréhensibles aux non-initiés, il délivre des conclusions qui s’appuient sur des données mesurées et mesurables. Le but n’est pas de critiquer les enseignants et de constater à quel point ils sont mauvais mais simplement de mettre en évidence le besoin d’un outil pour mesurer ce qui marche le mieux dans l’enseignement, afin de guider vers l’excellence. John Hattie se plaît à répéter que la question la plus importante que doit se poser un enseignant est celle qui consiste à se demander quel impact son action a eu sur les apprentissages.

Je me propose non de résumer cet ouvrage très complet, mais simplement de lister les idées phares qu’il contient afin que tout un chacun puisse en évaluer l’apport dans la marche vers un enseignement efficace.
  •  Nous avons besoin d’un baromètre de ce qui marche le mieux, et un tel baromètre doit pouvoir établir un guide de ce qui est excellent. C’est l’objectif de Visible Learning que de construire ce baromètre.
  •  L’ouvrage propose un modèle d’enseignement et d’apprentissage efficaces basé sur des milliers d’études. C’est le paradigme de l’orientation pédagogique basée sur les preuves.
  • Une grande partie de l’ouvrage raconte la puissance de l’enseignement direct, mettant en évidence l’importance du feedback pour informer l’enseignant du succès ou de l’échec de sa procédure. Autrement dit de la nature de son impact sur l’apprentissage de l’élève.
  • On parle d’enseignement et l’apprentissage visibles quand, ensemble, l’enseignant et l’élève cherchent à établir si et dans quelles mesures, l’objectif d’apprentissage a été atteint.
  •   L’ouvrage parle du pouvoir d’enseignants passionnés et chevronnés sur l’engagement cognitif des élèves et sur les contenus enseignés. Le guidage, l’évaluation des progrès mènent à la puissance du feedback de l’enseignant vers les élèves mais aussi des élèves entre eux.
  •  L’enseignement efficace se produit quand l’enseignant décide des objectifs d’apprentissage, des critères de réussite, les rend transparents aux élèves, fait des démonstrations par modelage, évalue le degré de compréhension de ce qui a été expliqué par une vérification régulière, et par une synthèse de ce qui a été enseigné lors de la phase d’objectivation.
  • Trop souvent, l’enseignement direct est décrit comme mauvais, alors que l’enseignement constructiviste serait bon. Cette affirmation est fausse et en complète opposition avec les données relatives à un enseignement et un apprentissage efficaces.
  • Ces résultats montrent qu’un enseignement guidé est bien plus efficace qu’un enseignement peu  ou pas guidé. Le rejet de l’enseignement direct est typique d’une profession immature, qui manque cruellement de solides bases scientifiques et rejette les données probantes, leur préférant les opinions et l’idéologie.

Pour terminer, quelques implications pratiques pour l’enseignant en recherche d’efficacité.
  • Donner de multiples occasions de pratique.
  •  Établir un lien visible entre objectif d’apprentissage, critères de succès, activités, ressources.
  •  Inciter à la pratique volontaire et à la concentration.
  •  Enseigner aux élèves comment demander, comprendre et utiliser le feedback.
  • Reconnaître l’importance du feedback entre élèves et l’enseigner.
  • Guider les progrès, régulièrement, toute l’année.
  •  Évaluer l’impact de l’enseignement, les progrès des élèves et faire son possible pour maximiser l’impact.
  •  Être directif.
  •  Rendre clairs les objectifs d’apprentissage et les critères de succès jusqu’à ce qu’ils soient explicitement compris par tous.
  • Avoir conscience que ce sont  les efforts des élèves, et non leur degré d’intérêt dans l’activité, qui  sont importants.
  • Être attentif à ce que chaque élève pense et sait.
  • Connaître la quantité et la qualité de feedback nécessaire dans le processus d’apprentissage.
  • Développer une bonne connaissance du contenu afin de fournir un feedback utile.
  •  Se souvenir du message fondamental de la recherche : connaître l’impact de ses actions.
 L’enseignement direct et efficace tel qu’il est décrit par J.Hattie est l’Enseignement Explicite tel qu’il a été mis en forme et décrit par B.Rosenshine. Voilà donc une étude de plus, et non des moindres, prouvant toute l’efficacité de cette pratique.  Si l’Enseignement Explicite reste encore une pratique marginale ici en France, cela vient du fait que les données probantes n’ont toujours pas leur place en pédagogie ; les « éducrates » qui disent le vrai du faux en haut lieu n’en veulent pas et s’appliquent à formater l’esprit des exécutants que sont les enseignants, en diffusant un certain nombre de légendes telles que, par exemple, croire que l’Enseignement Explicite serait une procédure nuisible car « elle empêcherait l’enfant de penser ». Force est de constater qu’il y a encore du chemin à faire pour que soit admise l’idée d’un enseignement direct, explicite et structuré et pour que nous passions enfin d’un âge obscur des croyances pédagogiques à celui plus éclairé des données probantes.

Pour en savoir plus sur John Hattie :