Cliquez sur l'image pour commander l'ouvrage

lundi 9 avril 2012

La pensée critique - Pourquoi est-elle si difficile à enseigner ?

Daniel T. Willingham

La pensée critique
Pourquoi est-elle si difficile à enseigner ?

Traduction (avec l'autorisation expresse de l'auteur) de Françoise Appy                                             Site sur l'enseignement explicite
Extrait du texte 
Après plus de 20 ans de lamentations, d’exhortations et peu d’amélioration, il est peut-être temps de poser une question fondamentale : peut-on enseigner la pensée critique ? Des décennies de recherche cognitive conduisent à une réponse décevante : pas vraiment. Les personnes qui ont cherché à enseigner la pensée critique ont supposé que c’était une habileté, comme conduire une bicyclette et que, comme les autres habiletés, une fois que vous l’avez apprise,  vous pouvez l’appliquer à n’importe quelle situation. La recherche en science cognitive montre que la pensée n’est pas une habileté de ce type. Les processus de pensée sont entremêlés avec le contenu de celle-ci (domaine des connaissances). Ainsi, si vous demandez à un élève de « chercher un résultat en considérant des perspectives multiples » très souvent, il saura que c’est la procédure à suivre, mais s’il ignore tout de la solution, il ne pourra pas l’envisager selon des perspectives multiples. Vous pouvez enseigner aux élèves des maximes indiquant comment il faudrait penser, mais sans connaissance d’arrière-plan et sans pratique, ils ne seront pas capables d’appliquer le conseil mémorisé. De la même manière qu’il est insensé d’enseigner des connaissances factuelles sans donner aux élèves l’opportunité de les mettre en pratique en les utilisant, il est également insensé d’enseigner la pensée critique s’il n’y a aucun contenu factuel.