Cliquez sur l'image pour commander l'ouvrage

vendredi 1 juillet 2011

Travaux de Thérèse Bouffard sur la motivation

Les conclusions de Madame Bouffard sont semblables à celles de Jean Twenge présentées dans l'ouvrage Generation Me

Thérèse Bouffard (présentation PowerPoint) 

Le groupe de recherche auquel est rattachée Mme Bouffard a mené, depuis 12 ans, une série d’enquêtes auprès d’environ 5000 jeunes du primaire et du secondaire. Ces travaux établissent des liens entre affectivité, motivation et apprentissage scolaire. Une analyse des données en fonction de la réussite scolaire des garçons et des filles amène quatre grandes conclusions.

A) Les attitudes et perceptions des garçons envers le français pourraient occuper une place importante dans les difficultés qu’ils présentent, surtout au secondaire. En effet, le français est la matière où ils se sentent le moins compétents, en même temps que celle où ils se fixent les objectifs les moins élevés.

B) Les garçons ont une faible capacité à faire des efforts quand une activité paraît peu intéressante ou ennuyeuse, quand la gratification n’est pas immédiate mais différée dans le temps. Une des manifestations de cette réalité : filles et garçons évaluent assez négativement leurs cours de français, ce qui n’empêche pas les filles de maintenir leur effort dans cette matière.

C) Beaucoup de garçons considèrent que le besoin de faire des efforts est inversement proportionnel à l’intelligence (quand un élève est assez intelligent, il n’a pas à travailler fort pour réussir). En même temps, les garçons ont moins que les filles l’impression d’avoir un contrôle sur leur rendement et attribuent une part importante de ce rendement à la chance.

D) Les perceptions qu’ont les élèves de leur contrôle et de leur compétence sont les déterminants les plus puissants du fonctionnement scolaire. Ces perceptions sont notamment liées au soutien des parents. Mais alors que les filles considèrent que leurs parents les soutiennent inconditionnellement, les garçons croient plutôt que ce soutien dépend de leurs bonnes performances (entre autres scolaires).